Home » Identity~Identité

Identity~Identité

UntitledAttachment

Who is Métis?

We invite historians, historical authors, and researchers to contribute an article to this page to help people understand who is Metis. 

Qui est Métis?

Nous invitons les historiens, auteurs historiques, et recherchistes à contribuer un article pour cette page afin d'aider les gens à comprendre qui sont les Métis. 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Contributors - Contributeurs

1- The First Metis People / le Premier Peuple Métis: Karole Dumont.  

2 - The Birth of a People  / La  Naissance d'un Peuple: Martin Carrière

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

THE FIRST METIS PEOPLE 

By: K. Dumont – 10/2017

The first Métis People emerged in eastern Canada in the early 1600s with the arrival of European explorers and their unions with Indigenous women. One of the earliest Metis baptism found was for André Lasnier, born in 1620 in Port Latour, Nova Scotia, but baptized in France in 1632.

The primary commerce was fishing, but the fur trade quickly claimed its place in New France’s economic development. Some of the original Metis communities were rooted in La Have, Port Royal, Cap Sable, Trois-Rivières, Québec and Montréal, where they developed a unique identity, history, culture, and in some cases their unique language.

The French-British conflict created havoc among the colonies, the Metis, and the First Nations. The 1755-1763 deportation of the Acadians, many of whom were Metis, is a somber period in our history that is not strongly taught in our schools. The near extinction of fur-bearing animals in eastern Canada in the mid 1700s, pushed the fur traders westward, opening new routes and settling new Metis communities along the way.

That period in the east was marked by the French-Indian wars, the war of 1812, the Patriots rebellions, the Fur Trade wars, and the American Revolution. By that time, very few Metis – if any - dared to stand up in a crowd and declare “I am Metis”. No one would ever brandish a Metis flag in the east…. Until the tumultuous waters settled into acceptance, and a profound desire to reconnect to our hidden heritage. It was a question of survival! One can only imagine the grief and fear our ancestors faced as more settlers received the land they once roamed upon freely. One can only imagine their feelings of despair in the face of subjugation, and their powerlessness to maintain their true identity.

Today, the Canadian Metis Nation has evolved in a cultural diversity, not unlike the First Nations who, while being an Aboriginal People, have different Nations, different cultures, traditions, languages and beliefs. There is no such thing as a “one size fit all” Metis, no more than there is “one size fit all” First Nations, but the one thing all Metis peoples share is pride in their identity, their ancestors, and their history.

LE PREMIER PEUPLE MÉTIS

Par : K. Dumont – 10/2017

Le premier peuple métis a émergé dans l'est du Canada au début des années 1600 avec l'arrivée d'explorateurs européens et de leurs unions avec des femmes autochtones. L’un des premiers baptêmes d’un Métis fut André Lasnier, né en 1620 à Port Latour, Nouvelle Ecosse, mais baptisé en France en 1632.

Le commerce principal était la pêche, mais la traite des fourrures a rapidement pris la tête du développement économique de la Nouvelle-France. Certaines des communautés métisses originales étaient ancrées à La Have, à Port Royal, à Cap Sable, à Trois-Rivières, à Québec et à Montréal, où elles ont développé une identité, une histoire, une culture et, dans certains cas, un langage unique.

Les conflits entre la France et l’Angleterre ont ravagés les colonies, les Métis, et les Premières Nations. De 1755 à 1763, la déportation des Acadiens, dont plusieurs étaient métis, fut une période sombre de notre histoire qui est peu enseignée dans nos écoles. Après la quasi-extinction des animaux à fourrure dans l'est du Canada au milieu des années 1700, les commerçants de fourrure se sont dirigés vers l'ouest, ouvrant de nouvelles routes et installant de nouvelles communautés métisses en chemin.

Cette période de l’histoire de l’est fut marquée par les guerres franco-indiennes, la guerre de 1812, les rébellions des Patriotes, les guerres de fourrures, la révolution américaine, pour ne nommer que celles-là. À cette époque, très peu de Métis – peut-être bien aucun – auraient osé se lever dans une foule et déclarer "je suis un Métis". Personne n’aurait osé brandir un drapeau métis dans l'est ... Jusqu'à ce que les eaux tumultueuses se clament dans l'acceptation, et un désir profond de se reconnecter à notre héritage caché. On ne peut qu'imaginer le chagrin et la peur que nos ancêtres ont soufferts face au déluge de colons qui s’établissaient sur les terres qu'ils avaient autrefois habités et parcourues librement. On ne peut qu'imaginer leurs sentiments de désespoir face à la subjugation, et leur impuissance à maintenir leur véritable identité.

Aujourd'hui, la nation métisse canadienne a évolué dans une diversité culturelle, tout comme les Premières Nations qui, tout en étant un peuple autochtone, ont plusieurs nations, une culture, des traditions, des langues et des croyances différentes. Il n'y a pas de Métis «taille unique», pas plus qu'il n'y a de Première Nation«taille unique», mais ce que tous les Métis partagent, c'est la fierté de leur identité, de leurs ancêtres et de leur histoire.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

UntitledAttachment111 - Copy (2) - Copy
que3p8c-1kyo11s

THE BIRTH OF A PEOPLE.  

By: Martin Carrière, Nov. 2017

The indigenous tradition of marrying off their daughters and sons to gain military, trade and cultural advantages is the environment from which the first Metis peoples arose. From Champlain's overtures of alliance from 1608 onwards offering to make “one people” through the merger of the French with the Algonquin, Mi'kmaq and Iroquoian speaking nations, the formal sanction for the emergence of the Metis was set.

The mutual adoptions and exchanges of warriors following battles through to the forming of the Great Peace of Montreal in 1701, with close to 100 nations agreeing to all live peacefully together with the French speaking allies, brought the Metis firmly into existence. Living with the old nations from birth, the new families of Metis learned all their indigenous families’ languages, traditions, and ways of surviving. The Bois Brulés, Coureurs des bois, Voyageurs, and merchants brought great wealth and losses in different forms to the old nations and to the Europeans. The old nations gained some military advantages, yet lost more through the introduction of European diseases and the ongoing feudal wars. Other wars, primarily between the English and the French, included all the nations of the old world, and were for control of the territories of the old nations. The Europeans gained much needed settlement lands and tax revenue, yet lost control of the Dream of “one people” as the old ways of racism and prejudice encouraged the Metis to continue to live free and strong.

Being born with genetic diversity and resilience to European diseases, the Metis families flourished and spread with the expansion of the trade from the east, to the south, to the north and to the west. Walking hand in hand more with the Cree, Chippewa, Assiniboine and other allied families, the Metis continued to strengthen their family ties to become the largest indigenous merchant family in North America. Through the loss of French control over the trade in 1763, the Michif speaking Metis merged with the French speaking British founders of the North West Company to control the majority of the trade in North America over the next three generations. In 1810, the Royal Society reported to the English Crown that the Metis were resistant to European diseases and were more able to compete against the less acclimatized Europeans, so the removing of the Metis as a threat to European settlement became the primary policy of the English hierarchy.

From the forming of the American states to the sale of Louisiana through to the war of 1812 and after, the expulsions of Metis and our allied families from the east and south as English and American law displaced thousands from their homes, their inheritances and their territories, created a permanent unrest and resistance within the Metis against further insult and degradation.

With close to 500 Metis enlisted in the Canadian militia to defend the trade territories in Canada during the war of 1812 the British and Americans witnessed the Metis combat skills first hand. During the war, the Metis also supplied a good portion of the annual harvest of Pemmican to feed the British and Canadian military. The theft by the British HBC of the Metis harvest of pemmican in 1813 showed the complicity of the purveyors of English law and the urgent need for the Metis from the east to the west to step forward to defend against any further depredations and to protect all Metis. From the military-trained Metis from across the country, three Metis regiments were created and funded by the NWC to protect the essential national trade routes and depots of lake Athabasca, the forks of the Red and Assiniboine rivers, and the areas around Thunder Bay and Sault Ste Marie. The infinity symbol of the Metis flag first flown at that time represents the unity and strength for all Metis, from all the combined Metis families, to persevere by standing strong together to protect all Metis, in whatever territory they are in.

The Metis traditions of growing gardens around their homes, actively hunting, fishing and engaging in the trade and other endeavours while generously sharing with their community and family still continues today. Trading in pemmican, furs, horses, sashes, bead-work, quill-work, and limitless trade goods the Metis families would travel extensively and meet by the thousands annually at rendezvous gatherings in various locations across the continent. Learning the connection to the land from our indigenous grandmothers and grandfathers, and the inherent responsibilities, all Metis have to keep the circle of life sacred, is who the Metis really are. That connection is what many believe to be what sets the Metis apart from their European cousins, who have forgotten the respect and sacred bond all people hold to the earth and to all of Creation. The uniting of the Metis families to protect the land, resources and way of life is part of the defense the Metis families have waged continually against the predatory mindset of the European-based systems that do not have any conscience about the destructiveness they bring about. Losing their homes and rights to inherit land and property with the advent of English law from the mid 1700's to 1806 onwards, in Upper and Lower Canada, and the strong influx of new settlers, pushed many Metis to obtain English-based title to the land to protect themselves and build their homes onto it while they were engaged in the trade economy in the west. Many of these Metis still had homes and extensive family in the East.

Mixing with the English-speaking populations was not an easy road and much discontent ensued. The challenge of the British North-America Act-based Canadian push to again disregard the Metis inherent right to land, law and liberty in 1869 and 1870 saw the Metis flag again used to defend the Metis and other indigenous people against persecution that resulted in the forming of the province of Manitoba. This battle was a means to entrench and protect the inherent rights to language, culture and traditions of the Metis and their cousin nations.

Fighting the cultural arrogance of the European mindset as the Metis did in 1870 is what inspired their cousin nations of Cree, Dakota, Assiniboine and others to stand with the Metis during the “Defense of the West”, or the “Northwest Rebellion” in 1885. After watching the destruction of the buffalo herds, the continued desecration of sacred monuments and territories and the imprisonment and death of so many families all indigenous nations knew their way of life in living in sacred harmony with the earth was being destroyed. Losing that battle in 1885 may well have made the Metis fall asleep for 100 years, yet the real war has never stopped.

The responsibility and accountability the Metis hold to all their cousin nations from the east to the west is the real inheritance of the Metis. Standing tall together with all their cousin nations, in all the shared and sacred territories across this land, to defend the earth and all of Creation against the ongoing destruction is the real awakening of the Metis. Uniting all their families, whether they are from known Metis families, or from families who hold full nation status, or families who are non status, or families who are just rediscovering their roots within the Metis, and who want to stand strong with the Metis together is the beginning of the reconnecting of the full Metis family.

LA NAISSANCE D'UN PEUPLE

Par : Martin Carrière, Nov. 2017

La tradition autochtone de marier leurs filles et leurs fils pour obtenir des avantages militaires, commerciaux et culturels est l'environnement qui a donné naissance aux premiers Métis.  À partir des ouvertures d'alliance de Champlain dès 1608, offrant de «faire un peuple» par la fusion des Français avec les nations algonquines, micmaques et iroquoiennes, la sanction officielle pour l'émergence des Métis fut établie.

Les adoptions et les échanges mutuels de guerriers à la suite de batailles jusqu'à la formation de la Grande Paix de Montréal en 1701, avec près de 100 nations acceptant de vivre pacifiquement ensemble avec les alliés français, ont donné naissance aux Métis. Vivant avec les vieilles nations depuis leur naissance, les nouvelles familles de Métis ont appris toutes les langues, traditions et façons de survivre de leurs familles autochtones. Les Bois Brulés, les Coureurs des bois, les Voyageurs et les marchands apportaient aux peuples anciens et aux Européens de grandes richesses et des pertes sous diverses formes. Les vieilles nations ont gagné quelques avantages militaires, mais ont perdu plus par l'introduction des maladies européennes et des guerres féodales constantes. D'autres guerres, principalement entre les Anglais et les Français, comprenaient toutes les nations de l'ancien monde, et étaient pour le contrôle des territoires des anciennes nations. Les Européens ont obtenu des terres de colonisation et des revenus fiscaux dont ils avaient grandement besoin, mais ils ont perdu le contrôle du rêve d'un «peuple unique». Les vieilles façons de racisme et de préjugés encouragea les Métis à continuer de vivre libres et forts.

Étant nés avec la diversité génétique et la résilience aux maladies européennes, les familles métisses ont prospéré et se sont répandues avec l'expansion du commerce de l'est, du sud, du nord et de l'ouest. Accompagnant de plus en plus les Cris, les Chippewas, les Assiniboines et d'autres familles alliées, les Métis ont continué à renforcer leurs liens familiaux pour devenir la plus grande famille de commerçants autochtones d'Amérique du Nord. Par la perte du contrôle français sur le commerce en 1763, les Métis parlant michif fusionnèrent avec les fondateurs Écossais et britanniques de la Compagnie du Nord-Ouest pour contrôler la majorité du commerce en Amérique du Nord au cours des trois prochaines générations. En 1810, la Société Royale signala à la Couronne anglaise que les Métis étaient résistants aux maladies européennes et qu'ils étaient plus en mesure de rivaliser avec les Européens moins acclimatés. Le retrait des Métis comme menace pour la colonisation européenne devint donc la politique principale de la hiérarchie anglaise.

De la formation des États américains à la vente de la Louisiane, jusqu'à la guerre de 1812 et après, les expulsions de Métis et de nos familles alliées de l'est et du sud sous la loi anglaise et américaine, ont déplacé des milliers de leurs maisons, leur patrimoine et leurs territoires, et a créé une agitation permanente et une résistance chez les Métis contre d'autres insultes et dégradations.

Avec près de 500 Métis enrôlés dans la milice canadienne pour défendre les territoires commerciaux au Canada pendant la guerre de 1812, les Britanniques et les Américains ont été les témoins en premier plan des compétences de combat des Métis. Pendant la guerre, les Métis ont également fourni une bonne partie de la récolte annuelle de Pemmican pour nourrir les militaires britanniques et canadiens. Le vol par la Compagnie de la Baie d’Hudson de la récolte métisse de pemmican en 1813 a montré la complicité des pourvoyeurs de droit anglais et le besoin urgent des Métis de l'est à l'ouest de se défendre contre d'autres déprédations et de protéger tous les Métis. À partir des Métis de formation militaire de partout au pays, trois régiments métis ont été créés et financés par la Compagnie du Nord-Ouest pour protéger les principales routes commerciales et dépôts du lac Athabasca, les fourches des rivières Rouge et Assiniboine, et les environs de Thunder Bay et Sault Ste Marie. Le symbole de l'infini sur le drapeau métis utilisé à cette époque représente l'unité et la force de tous les Métis, de toutes les familles métisses combinées, de persévérer en se tenant fort ensemble pour protéger tous les Métis, quel que soit le territoire.

Les traditions des Métis de cultiver des jardins autour de leurs maisons, de chasser activement, de pêcher et de s'engager dans le commerce et d'autres activités tout en partageant généreusement avec leur communauté et leur famille se poursuivent encore aujourd'hui. Le commerce du pemmican, des fourrures, des chevaux, des ceintures fléchées, des objets perlés, des plumes et des marchandises sans limites les familles métisses voyageaient beaucoup et se réunissaient par milliers chaque année lors de rassemblements (rendez-vous) à divers endroits du continent. Apprendre la connexion à la terre de nos grands-mères et grands-pères autochtones, et les responsabilités inhérentes, tous les Métis doivent garder le cercle de la vie sacrée, c'est qui sont vraiment les Métis. Ce lien est ce que beaucoup croient être ce qui distingue les Métis de leurs cousins ​​européens, qui ont oublié le respect et le lien sacré que tous les peuples entretiennent avec la terre et avec toute la création. L'union des familles métisses pour protéger la terre, les ressources et le mode de vie fait partie de la défense que les familles métisses ont continuellement menée contre la mentalité prédatrice des systèmes basés en Europe qui n'ont aucune conscience de la nature destructrice qu'ils provoquent. Perdre leur maison et leur droit d'hériter des terres et des biens avec l'avènement du droit anglais du milieu des années 1700 à 1806, dans le Haut et le Bas-Canada, et l'afflux de nouveaux colons ont poussé beaucoup de Métis à obtenir un titre anglais pour se protéger et construire leurs maisons sur elle alors qu'ils étaient engagés dans l'économie du commerce dans l'ouest. Beaucoup de ces Métis avaient encore des maisons et une grande famille à l'Est.

Vivre en harmonie avec les populations anglophones n'était pas facile et beaucoup de mécontentement s'ensuivit. La Loi de l'Amerique du Nord au Canada a encouragé le manque de regard pour les droits des Métis de posséder des terres, et leur liberté. En 1869 et en 1870, les Métis se sont de nouveau battus pour défendre les Métis et les autres peuples autochtones contre les persécutions qui ont entraîné la formation de la nation métisse dans la province du Manitoba. Cette bataille était un moyen d'enraciner et de protéger les droits inhérents à la langue, à la culture et aux traditions des Métis et de leurs cousins.

Combattre l'arrogance culturelle de la mentalité européenne, comme les Métis l'ont fait en 1870, a inspiré leurs cousins ​​Cree, Dakota, Assiniboine et autres à se rallier aux Métis pendant la «défense de l'Ouest» ou la «Rébellion du Nord-Ouest» en 1885 Après avoir observé la destruction des troupeaux de bisons, la profanation continue de monuments et de territoires sacrés et l'emprisonnement et la mort de tant de familles, toutes les nations autochtones savaient que leur mode de vie en harmonie sacrée avec la terre était détruit. En perdant cette bataille en 1885, les Métis se sont peut-être endormis pendant 100 ans, mais la vraie guerre n'a jamais cessé.

La responsabilité que les Métis ont envers tous leurs cousins, de l'Est à l'Ouest, est le véritable héritage des Métis. Debout ensemble avec toutes leurs nations cousines, dans tous les territoires partagés et sacrés à travers ce pays, défendre la terre et toute la création contre la destruction en cours est le véritable éveil des Métis. Unir toutes leurs familles, qu'elles proviennent de familles métisses connues ou de familles qui ont le statut de nation à part entière ou de familles sans statut, ou de familles qui redécouvrent leurs racines au sein des Métis et qui veulent rester fortes avec les Métis ensemble est le début de la reconnexion de la famille métisse complète.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~