Home » Donald M. Fowler

Donald M. Fowler

Don Fowler 2014-Black BKg
Don Fowler

Captain (Ret’d) Donald Maxwell Fowler CD, Kt. (Fr.)

Born in 1925, near Rice Lake in Otonabee Township, Ontario, Donald is one of four children born to James Fowler and Grace Sedore. In true Metis tradition, the Fowlers moved often before settling in Kingston, and for Don, later in Brockville, where he raised his own family of three, one son, Malcolm, now age 59.

In 1939, Donald saw his father for the first time in a wartime military uniform with the rank of a “Gunner” in the RCHA. Donald also joined the army in 1940, and managed to visit his father a few times while in Great Britain. Don spent 5 years of infantry service with the 1st Bn, Stormont, Dundas, Glengarry Highlanders, re-enlisted in the Canadian Officers Training Contingent, at Queen’s university and  was  commissioned in the Royal Canadian Artillery, as an Intelligence Officer. He received many decorations and honours, including France’s Chevalier de la Légion d’honneur (Knight of the Legion of Honour). Following university studies, a civilian, Donald worked at GTE for 30 years, in commercial telecommunications management.

It was after WWII, that Donald became interested in his Aboriginal ancestry and genealogy. In 1977, he discovered that his beloved great-grandmother—known to her peers as “Maggie,” was the great-granddaughter Jenny Mistigoose, daughter of Puckethwanisk, and wife of fur trader Robert Goodwin. Donald’s interest quickly developed into a lifetime passion, which led him to exploring the DNA testing world, of which he has gained an impressive understanding and shares generously.

Capitaine (Ret’d) Donald Maxwell Fowler CD, Kt. (Fr.)

Né en 1925, près du Lac Rice dans le canton d'Otonabee, Ontario, Donald est l'un des quatre enfants de James Fowler et Grace Sedore. Comme tout bon Métis, les Fowlers déménagèrent souvent avant de se fixer à Kingston, a plus tard Don à Brockville, où il a élevé sa famille, dont son fils Malcom, âgé de 59 ans..

En 1939, Donald a vu son père pour la première fois dans un uniforme de guerre avec le rang de « Canonnier » dans le RCHA. Donald a joint l'armée en 1940 et a réussi à visiter son père plusieurs fois alors qu’ils étaient en Grande-Bretagne. Don a servi dans le service d'infanterie avec le 1er Bn Stormont, Dundas, Glengarry Highlanders pendant cinq ans, dans le Contingent canadien de formation des officiers a l’Université Queens, puis commissionné dans l'artillerie royale canadienne, comme officier d’intelligence. Il a reçu de nombreuses décorations et distinctions honorifiques, y compris Chevalier de la Légion d'honneur de la France. Après ses études universitaires, Donald a travaillé à GTE pendant 30 ans comme gestionnaire en télécommunications commerciales.

C'est après la 2ieme guerre mondiale que Donald est pris intérêt à son ascendance autochtone et la généalogie. En 1977, il a découvert que sa grand-mère bien-aimée, connue par ses pairs comme "Maggie", était l'arrière-petite-fille Jenny Mistigoose, fille de Puckethwanisk et épouse du marchand de fourrures Robert Goodwin. Cet intérêt est rapidement devenu une passion, qui l'a amené à explorer le monde de l'ADN, dont il a acquis une compréhension impressionnante et partage généreusement.

feathers
Don Fowler
Le vétéran de la Seconde Guerre mondiale Donald Fowler, âgé de 91 ans, vêtu d'une veste de daim métisse ornée de médailles, détient un exemplaire deuxième livre de Dan Black et de John Boileau : Too Young Too Die: Canada's Boy Soldiers, Sailors and Airmen of the Second World War (Trop jeunes pour mourir : Les soldats, marins et aviateurs canadiens de la Seconde Guerre mondiale). Fowler avait 14 ans lorsqu'il s'est inscrite en 1940.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Conte d'un soldat adolescent
Par Darcy Cheek, Recorder and Times
Samedi le 21 janvier 2017 11h12am

Donald Fowler is living proof times didn’t change much from the First to the Second World War, and Dan Black and John Boileau make sure readers know why.

Fowler is one of close to 100 teenagers featured in Boileau and Black’s second book on underage Canadian servicemen – Too Young To Die: Canada’s Boy Soldiers, Sailors and Airmen of the Second World War. The first book was Old Enough To Fight: Canada’s Boy Soldiers of the First World War. Fowler, now 91, holds the distinction of being among the youngest of Canadians to join the armed forces, and merchant marine, not long after the start of the Second World War.

   “There were two 14-year-olds, and I was one of them,” said Fowler from his Brockville home this week.

As many as 20,000 underage youth signed up for service in the First World War, and Black and Boileau estimate as many as 30,000 did the same for the Second World War.  In Fowler’s case, family history dating back generations had much to with his entry into the war, and the book attributes a visit by a soldier uncle for peaking his interest at a very young age. He also has a history or forefathers who served while young.

     “My family is a military family going back to my great-grandfather, Samuel Fowler,” said Fowler, “By the time he was 18 he got a medal from the government for chasing off the Fenians.” 

Fowler was a young bugler with the Princess of Wales Own Regiment in Kingston before he signed up for the Second World War in 1940.  After several years in England and Scotland he arrived at one of the Canadian landing zones at Juno Beach with a group of reinforcements with the First Battalion of the Stormont, Dundas and Glengarry Highlanders on June 12.   Black, a former Recorder and Times reporter from the 1980s and longtime editor of Legion magazine, knew Fowler from his time in Brockville. As soon as he and Boileau sat down to review possible candidates to feature in the book, Fowler’s service was soon evident.

      “When we first began doing research for the book up in Ottawa Donn’s name was one of the first names I came across when I was going over the files at Library and Archives Canada,” said Black, noting he had a lengthy interview with Fowler in 2009. 

The book weaves narrative from young servicemen like Fowler, follows their journeys from home to war, and explores the myriad of reasons they signed up so young. 

     “Most of them probably thought of it as their time, their opportunity to get over there and do what they could do to contribute to the war effort,” said Black. 

Black said, without generalizing, many of the teenagers who signed up and survived did so without fear of the future. 

     “They had this attitude that they weren’t going to be the next guy. There were certainly a lot that feared death, feared that the next bullet could in fact be theirs, but I think a lot them went in with the attitude that, yeah, it’s not going to happen to me.” 

Black says the content of the second book is more engaging, and somewhat three dimensional, because there was an opportunity to get first hand information from survivors or family members. Fowler was posted in Normandy, Belgium, Holland and Germany and served coincidentally in the war with his father, Herbert Fowler. He was not yet 20 when he came home in 1945. 

     “This was a nice opportunity with the second book to actually talk to veterans and sit down with them,” said Black from his Merrickville home.  “We’re sort of on the edge here with Second World War veterans and we’re losing them at an alarming rate.” 

Fowler says both books are unique in the sense that they describe people and events that under ordinary circumstances should not have happened. 

     “The uniqueness of both books is that they are about people who were not qualified to be in a war,” said Fowler, adding he received more training than most because of affiliation with the Princess of Wales Own Regiment and he was able to attend the Connaught Range for weapons training. 

     “It’s classical book as far as I’m concerned.” 

Among his many honours, Fowler was presented with the French Legion of Honour, the highest decoration in France, has been to several D-Day ceremonies in Normandy and was one of 10 Metis veterans to attend the 2009 Remembrance Day memorial at the Vimy monument. 

Black is a guest speaker at the Brockville Museum’s lecture series on February 28, where he will discuss primarily the first book as it has content pertaining to the battle of Vimy Ridge, which has a 100th anniversary this year. 

Posted with permission from The Brockville Recorder and Times

http://www.recorder.ca/2017/01/21/tale-of-a-teenage-soldier

Donald Fowler est une preuve vivante que les temps n'avaient pas beaucoup changés entre la Première et la Seconde Guerre Mondiale. Dan Black et John Boileau font en sorte que les lecteurs en sachent la raison.   Fowler compte parmi presque 100 adolescents figurant dans le deuxième livre de Boileau et de Black sur les mineurs Militaires Canadiens – Trop jeune pour mourir : soldats, marins et aviateurs Canadiens de la Seconde Guerre Mondiale. Le premier livre : Assez âgé pour combattre : les garçons-soldats du Canada de la Première Guerre Mondiale.  Fowler, maintenant âgé de 91 ans, tient la distinction d'avoir été parmi les plus jeunes Canadiens à joindre les forces armées, et marine marchande, peu de temps après le début de la Seconde Guerre Mondiale.

«Il y avait deux jeunes de 14 ans, et j'étais l'un d'eux», a déclaré Fowler de sa maison de Brockville cette semaine.
Plus de 20,000 jeunes mineurs se sont inscrits au service pendant la Première Guerre Mondiale, Black et Boileau estiment qu’ils y auraient eu plus de 30,000 qui se seraient inscrit pour la Seconde Guerre Mondiale. Dans le cas de Fowler, les antécédents familiaux remontant de plusieus générations ont influencé son entrée dans la guerre, et le livre attribue son l’intérêt de joindre à un très jeune âge à une visite d'un oncle qui était soldat. Il y avait eu également des précédents dans l’histoire où ses ancêtres auraient servi pendant qu'ils étaient jeunes. 

 «Ma famille est une famille militaire en partant de mon arrière-grand-père, Samuel Fowler», dit Fowler. «Il a reçu une médaille du Gouvernement pour avoir chassé les Fainéants avant même d’avoir atteint ses 18 ans.»

 Fowler était un jeune clairon dans le Régiment de la Princesse de Galles situe à Kingston avant qu'il signe pour la Seconde Guerre Mondiale de 1940.
Après plusieurs années en Angleterre et en Écosse, il est arrivé à l'une des zones d'atterrissage Canadiennes à Juno Beach avec un Groupe de renforts du  premier bataillon de Stormont, de Dundas et de Glengarry Highlanders le 12 juin.

 Black, un ancien journaliste des années 1980 et ancien rédacteur en chef du magazine Legion, connaissait Fowler de son temps à Brockville. Aussitôt  assis avec Boileau pour examiner les candidats possibles qui figureraient dans le livre, le service de Fowler fut bientôt évident.
«Lorsque nous avons commencé à faire la recherche pour le livre à Ottawa, Donn était l'un des premiers noms donc je suis tombé sur quand je passais les dossiers à la Bibliothèque a Archives Canada », a déclaré Black, notant qu'il avait eu une longue entrevue avec Fowler en 2009.

 Le livre tisse le récit de jeunes militaires comme Fowler, suivant leurs voyages de la maison à la guerre, et explorent la myriade de raisons à laquelle ils ont signé si jeune. «La plupart d'entre eux ont probablement pensé que c'était leur temps, leur possibilité de se rendre là-bas et de faire contribuer leur effort à la guerre », a déclaré Black.

Black a dit, sans généraliser, que beaucoup des adolescents qui ont signé et qui ont survécu l'ont fait sans crainte de l'avenir
"Ils avaient cette attitude qu'ils n'allaient pas être la prochaine personne. Il y en avait certainement beaucoup qui craignaient la mort, craignant que la prochaine balle pourrait en fait être la leur, mais je pense que beaucoup d'entre eux y sont allés dans l'attitude que, oui, cela ne m’arrivera pas à moi.

Black dit que le contenu du deuxième livre est plus engageant, et quelque peu tridimensionnel, parce que s’était l’occasion d’obtenir des informations de première main des survivants ou des membres de leur famille.  Fowler était posté en Normandie, en Belgique, en Hollande et en Allemagne et a servi par hasard pendant la guerre avec son père, Herbert Fowler. Il n'avait pas encore 20 ans lorsqu'il est rentré chez lui en 1945. 

 «Ce fut une belle occasion avec le deuxième livre de parler aux anciens combattants et de s'asseoir avec eux», a déclaré Black de sa maison de Merrickville. "Nous sommes un peu sur le bord ici avec les vétérans de la Seconde Guerre Mondiale parce que nous les perdons à un rythme alarmant." 

 Fowler dit que les deux livres sont uniques dans le sens où ils décrivent les personnes et les événements qui, sous des circonstances ordinaires n'auraient pas dû se produire.
«Le caractère unique des deux livres est qu'ils concernent des gens qui n'étaient pas qualifiés pour être dans une guerre», a déclaré Fowler, tout en ajoutant qu'il a reçu plus de formation que la plupart d’entre eux en raison de son affiliation à la Princesse de Galles et de son Régiment ou il a été en mesure d'assister au jeux Connaught pour l'entraînement des armes.
«C'est un livre classique en ce qui me concerne.»

 Parmi ses nombreux honneurs, Fowler a recu la Légion d'honneur Française, la plus haute décoration en France. Il a également été présent à plusieurs cérémonies du jour D en Normandie et a été l'un des 10 vétérans Métis à participer au 2009 au Mémorial du jour du Souvenir au monument de Vimy.

Black est l’invité conférencier du Musée Brockville le 28 février et tiendra une séries de lectures, où il discutera en premier lieu du contenue de son premier livre qui est relatif à la bataille de Vimy Ridge, et qui a maintenant son 100e anniversaire cette année. 

Publié avec la permission de The Brockville Recorder and Times
http://www.recorder.ca/2017/01/21/tale-of-a-teenage-soldier 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Visit our Warriors & Veterans Section ~ Visitez notre section Guerriers & Vétérans 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~